KikouBlog de francois 91410 - Novembre 2010
francois 91410

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Novembre 2010

Nice-Cannes : le bilan

Par francois 91410 - 20-11-2010 00:11:54 - Aucun commentaire

Nice-Cannes : le bilan

14 novembre 2010 

 

 

D'abord, le récit :

http://www.kikourou.net/recits/recit-11223-marathon_des_alpes_maritimes_nice_-_cannes-2010-par-francois_91410.html 

 

 

Puis le bilan :

- un objectif principal atteint- un week-end de rêve, alliant découvertes, course et rencontres

- la satisfaction d’avoir bien géré mon corps et mon alimentation, rendant l’après-course assez confortable

- un regret : ne pas avoir regardé le cardio sur le premier semi pour savoir perdre quelques secondes et en gagner ensuite sur la fin de course… je pense que je pouvais finir en - de 3h55 dans ces conditions

- un futur objectif : appliquer rigoureusement cette technique dès le prochain marathon : Paris le 10 avril 2011

- un parcours très (trop ?) contrasté entre des paysages de rêve et des portions tristounes

- une bonne organisation, solide, malgré quelques bémols (départ retardé, sas de sortie laborieux, sécurité peu visible le long du parcours…)

 

 ... et toujours après un (7e) marathon bouclé : une grande fierté ! 

 

 

Retour aux fondamentaux

Par francois 91410 - 09-11-2010 11:36:43 - 3 commentaires

NICE J-5

 

 

Comme on dirait au Rugby quand ça merde, il faut revenir aux fondamentaux   !!

 

Alors au vu de mes déconvenues lors des deux derniers marathons, j'ai repris un plan copieux de 12 semaines comme un débutant, avec fractionnés mesurés et tout et tout   ...

 

Mis à part un problème de matériel cardio pas bien fiable et une dernière sortie longue poussive du fait de mon emploi du temps serré, je suis bien content  d'être au bout du chemin !

 

A ceux qui me demandent si je suis prêt pour dimanche, je réponds à chaque fois "je te dirais ça à l'arrivée"  !

 

Car l'essentiel sera d'abord d'arriver, ensuite de passer sous les 4h et seulement ensuite approcher 3h50, et en bon état   !

 

Bon, YA+K suivre le dossard 8723 ...

 

 

Voir les 3 commentaires

Retour sur images (2)

Par francois 91410 - 06-11-2010 16:51:38 - Aucun commentaire

Nouveau retour sur images

avec les souvenirs d'une pré-rentrée

au Cul d'Enfer à Mondeville (91) :

 

 

http://www.kikourou.net/recits/recit-11176-le_cul_d_enfer_-_21_km-2010-par-francois_91410.html

 

 

Culs d'Enfer au Cul d'Enfer

Par francois 91410 - 06-11-2010 16:29:44 - 8 commentaires

Dédicace pour

le Lutin Ecouvien et le Fulgu Cotedorien …

29 août 2010  

  

En marge du trail du Cul d'Enfer (http://www.kikourou.net/recits/recit-11176-le_cul_d_enfer_-_21_km-2010-par-francois_91410.html) … je vous avais dit que le jeu de mots et l’occasion était faciles ...

Le reste aussi :

 

Le Lutin m’avait expliqué l’autre jour qu’en sous-bois, fallait désactiver le flash, ce que je me suis appliqué à faire.

Le Fulgu m’a assuré qu’il n’avait jamais le temps de profiter tellement il courrait trop vite, alors j’ai dû le faire pour lui.

Mais ça reste difficile de capter tant de moments savoureux qui, à chaque fois, vous redonnent pourtant le goût de l’effort alors que étiez en train de vous promettre de partir moins à-fond-à-fond la prochaine fois tout en essayant de convaincre votre estomac de ne pas commettre l’irréparable en pleine ligne droite… 

   

 

Merci à tous ces modèles d’un jour. 

 

 

 

 

 

   

 

   

 

 

C’est promis, je ne recommencerai pas (enfin pas cette année). 
   

Voir les 8 commentaires

Cotentin, pays de sorciers malins

Par francois 91410 - 03-11-2010 21:30:50 - 4 commentaires

Cotentin, pays de sorciers malins

17 octobre 2010 

 

 

 

 

Après une semaine d’entraînement marathon ardue ponctuée par les 20km de Paris, j’ai passé une semaine de récup bienvenue. Ce dimanche devait être consacré à une séance « à peine longue » de 1h40. Tranquille, quoi.

De plus, en week-end chez belle maman au fin fond du Cotentin, je me dis que je vais profiter …

Jusqu’au moment où, samedi midi, un prospectus « négligemment » posé sur la table fut l’objet de toutes les attentions… 

 

 

C’est à 5km à peine de la maison. Manque de bol, il y a 16km en trail, juste ce qu’il me faut. Banco, on y va. Chacun aura sa distance en rando pédestre, moi en trail.

L’inscription le dimanche matin dure 15 secondes ; record battu. Ici, pas de dossard, pas de certif médical, pas de classement ! C’est une organisation et une sortie familiales... Serait-ce la liberté alors ? L’essence même de la course à pied, en pleine nature, retrouvée ?

L’imposant peloton (nous sommes à peine 40 au total sur les trois distances 4-8-16km) s’élance à 9h25.

 

   

 

Rythme de sénateur, je le confirme. Ca ne peut pas mieux tomber pour moi. Je me plais à penser que 7 jours plus tôt, nous étions 22 000 sur le Pont d’Iena à Paris !! 

 

 

La journée est belle, des nuages s’amusent à cacher malicieusement le soleil comme à leur habitude dans la région, mais l’alternance ombre-lumière au bout des chemins creux offrent quelques perspectives captivantes pour un sénateur … 

 

 

Au bout de quelques km, restant sur mon rythme d’endurance, je me retrouve bientôt esseulé avec deux autres compères.Le premier souffle comme un veau ; il me lâche que son médecin n’a pas voulu lui délivrer de certificat médical pour courir. Bon.

Le second a l’air un peu ailleurs, on le récupère deux fois avant qu’il n’emprunte un mauvais chemin. Pourtant, le balisage est correct pour ce type d’organisation. 

 

 

On se suit encore quelques hectomètres, à travers le bocage normand si typique du Cotentin : 

 

 

Le passage à Gonneville marque ce qui ressemble à la séparation entre le 8 et le 16km. Nous hésiterons quelques secondes, le temps de prendre quelques photos… qui confirmeront notre hypothèse car je m’aperçois quelques heures après en les visualisant que le panneau 16 a effectivement été enlevé et balancé dans le lavoir …

  

 

 

 Le château de Gonneville :

 

 

L’entrée de l’ancien presbytère :

 

 

La vierge surplombant le village, inondée de soleil, tranchant sur un ciel menaçant : 

 

 

J’ai lâché progressivement mes deux camarades de début de parcours. Chaque carrefour, chaque hameau est maintenant traversé en solitaire. Pas d’autre concurrent, pas de spectateur. Juste le temps de méditer et de déguster. 

 

 

Vers le km10, c’est le ravitaillement. Une belle table copieusement garnie en attente des premiers randonneurs sur cette distance. Du pâté, des rillettes, du vin chaud … je pense à Thierry, un de mes deux collègues sur le 20km de Paris dimanche dernier, qui rêvait de ce genre de ravito en course ! 

 

Malheureusement, je ne m’attarde pas car j’ai prévu d’être autosuffisant dans le cadre de ma prépa, également alimentaire. Je repars avec le groupe qui me précédait de quelques minutes avant le ravito.

Je ferai un ou deux kilomètres avec, avant de les laisser prendre à nouveau leurs distances, toujours pour conserver ma cadence régulière (06:15 / km). A regrets pourtant, car il y avait de quoi motiver … 

 

 

A nouveau je profite du paysage, des vieilles pierres, des cours d’eau qui serpentent au fond des vallons, des troupeaux paisibles qui ne me calculent pas.  

 

 

Le relief est vallonné (D+ 400m) et oblige à amortir les efforts. 

 

 

 

 

L’arrivée est proche, les circuits pédestres trail et VTT se croisent et se rejoignent. Les sorciers ne doivent pas être loin. 

 

 

Bilan :

Un circuit balisé, sur mesure (même si les 16km s’avèreront être 17,4), un ravito campagnard qui donne envie de faire du trail ici plus souvent, un cadre reposant et authentique, une ambiance familiale, l’absence de compétition…

Bref, une sortie longue de luxe.    

 

Voir les 4 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.22 - 332621 visites