KikouBlog de francois 91410 - Banales anecdotes
francois 91410

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Dans la catégorie Banales anecdotes

Tout s'explique ...

Par francois 91410 - 29-01-2013 22:22:12 - 12 commentaires

Tout s’explique …

29 janvier 2013

 

 

Ce matin, trajet habituel en TER de Rambouillet à Montparnasse. Vous connaissez je crois ?!

Il fait un temps pour le moins humide, les voyageurs sont un assez encombrés. Moi aussi, deux sacs.

J’ai repéré une place assise vacante contre la fenêtre, nous sommes quatre en face à face. Pour prendre ma place, je suis donc obligé de lever les bras assez haut avec mes sacs pour ne pas gêner les personnes déjà assises.

Je m’installe. Un grand sourire non feint illumine le visage des deux compagnons de voyage qui me font face. Je leur souris poliment en retour ; je me dis que ça change d’avoir une paire de trombines à peu près ouvertes dès le petit matin ! Même si je ne vois pas pourquoi particulièrement ce matin puisqu’il pleut et qu’il vente !

Et chacun de replonger dans ses occupations : la jeune femme en face s’assoupit, le monsieur se replonge dans sa lecture… Jusqu’au terminus, pas un autre regard ni un mot ne sera échangé. Je pensais que ces deux voyageurs étaient ensemble, mais non. Je garderai le souvenir peu courant de leur sourire tout à l’heure, c’est déjà ça …

La routine reprend donc sa place. Quelques minutes plus tard, j’arrive au bureau. Puis un besoin très naturel à cette heure-là me conduit aux toilettes.

J’avais ma braguette ouverte depuis ce matin …

 

Comme quoi tout s’explique !

 

                                       *******************************************

 

 

Voir les 12 commentaires

Un territoire à défendre

Par francois 91410 - 04-12-2012 09:40:36 - 10 commentaires

 

Un territoire à défendre

03 décembre 2012

 

 

 

 

Chaque matin, dès potron minet, fuyant à tout prix les embouteillages franciliens, je prends le train pour rallier Rambouillet à Montparnasse. 34 minutes de pur bonheur en heure de pointe, avec une grande probabilité de ne pas avoir de place assise. Banalité.

Pourtant aujourd’hui, exceptionnellement, je ne suis parti que vers 11 heures. Pour une fois je vais pouvoir être assis… Erreur, il y a autant de monde sur le quai qu’à 7 heures … Le TER Centre s’immobilise, et je pénètre dans la voiture destinée à accueillir des vélos : des crochets permettent de suspendre les vélos (il y en a souvent, même en heure de pointe !), dont les propriétaires dans ce cas essuient souvent un succès d’estime palpable ; s’il n’y en a pas des strapontins permettent à une dizaine de voyageurs de prendre place.

Manque de chance ce matin, un vélo position couchée accompagné de sa remorque et de plusieurs sacs de voyage prend la quasi-totalité de l’espace ; un globe-trotter certainement … J’arrive toutefois à me faufiler sous le pédalier et m’assied. Une odeur inhabituelle flatte mes narines : le propriétaire supposé du vélo a réchauffé sa gamelle et déguste un plat chaud à base de haricots… pourquoi pas ?! Le gars est jeune, une trentaine d’années ; il a l’air cool, propre sur lui.

Arrive en face de moi une dame d’une bonne cinquantaine d’années, genre disons BCBG voire bourgeoise eurélienne. Sans mot dire elle empoigne le vélo, tente de le pousser violemment pour libérer l’accès à un strapontin ; dans le mouvement, accessoirement, une pédale me frôle littéralement. Le jeune, apparemment stoïque, interpelle la malotrue :

- Attention madame, s’il vous plaît

J’ai acheté un billet, j’ai droit à une place assise

Puis elle réussit à poser son exigeant derrière sur le strapontin.

- (Silence) Madame, j’aurais préféré que vous me demandiez de déplacer le vélo plutôt que de le faire vous-même sans en demander la permission et sans effort de politesse

- Mais je ne vais pas faire une annonce au micro et aller à l’étage du train pour savoir à qui est ce vélo !

- Je pense que si vous aviez regardé autour de vous dans cette voiture, vous auriez facilement deviné que c’était moi ! et j’aurais avec plaisir déplacé le vélo, ce qui nous aurait évité cette discussion inutile…

- Mais jeune homme, je prends le train tous les jours, avec le boulot, je n’ai pas le temps de m’attacher à des détails

Justement, c’est ça que je déplore : le système oblige les gens à s’enfermer dans des règles qu’ils n’ont pas choisies. Personnellement, je suis sorti de ce système. Vous voyez, je reviens de Nantes, on nous avons défendu la ZAD (zone à défendre) ; vous avez entendu parler de l’aéroport de Nantes ? Un scandale, on exproprie des agriculteurs qui n’ont rien demandé et à qui on n’a rien demandé !

C’est bien (?!) (Silence)

Partout où je me rends, je fais toujours l’effort de prendre le moins de place possible, de faire le moins de bruit possible. Je n’exige rien de personne. Je ne touche même pas le RSA. Je ne vole rien à personne. Pour manger, je frappe à la porte des maisons. Si les gens me donnent quelque chose, c’est un grand plaisir, sinon, je n’insiste pas car je comprends bien, et je vais à la maison suivante !

Mais je ne vous reproche rien !

- C’est moi qui vous reproche la façon dont vous avez agi tout à l’heure en touchant à quelque chose qui ne vous appartient pas sans le demander. Je vous invite à venir à Nantes, vous verrez, vous y serez très bien accueillie, on vous donnera à manger et un hébergement. Tout le monde y est le bienvenu et se respecte ! Et je vous invite à aller voir le site internet zad.nadir.org !

Non rassurez-vous je ne pourrais pas vous rejoindre…

Mais pourquoi ça ? qu’est-ce qui vous en empêche ?

Je suis entré dans une autre vie, j’ai un travail, une maison, une famille…

On a toujours le choix, regardez celui que j’ai fait. Pensez-vous que je sois plus malheureux que vous ? j’ai choisi la liberté. Je suis bien plus heureux quand je mange quelque chose que l’on m’a offert que lorsque je l’ai acheté !

Je suis contente pour vous…

Jusque-là très poli et courtois le gars lâcha, un poil agacé :

Bien, je vois que vous êtes complètement abrutie, ça ne sert à rien d’insister…

- (Vexée) Bon, je crois que l’on va arrêter cette discussion.

 

Tout d’un coup, le silence enveloppa la voiture.

De toute évidence, tous les voyageurs méditaient et se délectaient de cet échange au-delà du réel.

Chacun je crois avait des convictions et un territoire à défendre…

Voir les 10 commentaires

Je vous trouve très beau !

Par francois 91410 - 20-02-2010 21:42:35 - 4 commentaires

Je vous trouve très beau !

20 février 2010

 

Vendredi dernier, j'avais rendez-vous ... chez le dentiste pour tout vous dire, à 17h30.

Naturellement, après le boulot, c'est un peu la course pour arriver à temps...

Je gare la voiture à 17h28 sur la place de l'église ; je n'ai pas eu le temps de me changer, et donc d'enlever mon accoutrement conventionnel 'manteau costard cravate' (sauf la cravate). Autant dire que je dois être le seul ainsi habillé dans le patelin.

Je sors vite fait de la voiture, le temps presse ... quand une vieille dame en 205 blanche d'époque, s'apprêtant à me croiser, s'arrête à mes côtés, baisse la vitre et avec un grand sourire m'adresse la parole.

- (Mince, elle va me demander son chemin, me dis-je .... j'ai mon RDV ; mais bon, j'peux pas l'envoyer promener... elle doit avoir dans les 70 ans la pauvre ... )

- "qu'est-ce que vous êtes beau ! "

- ... ???

- "non, c'est tout, je trouve très beau ! " et de commencer à refermer sa vitre ...

- "merci, mais j'ai pas le temps", lui répondis-je avec un grand sourire en reprenant de plus belle mon chemin.

J'arrivai à 17h30 pile chez le dentiste, le sourire toujours aux lèvres, me disant que j'étais finalement peut-être passé à côté de quelque chose ...

 

 

Voir les 4 commentaires

Histoir d'O...ursins 2

Par francois 91410 - 29-09-2009 22:26:34 - 4 commentaires

Histoire d’O … ursins 2 

29 juillet 2009 

Comme promis : leçon de choses (suite du billet précédent)

On a vu dans la première partie comment on arrive dans sa vie à s’intéresser aux oursins.

Rappelons donc que cet animal sympathique possède un patrimoine génétique à 70% en commun avec celui de l’homme … ce qui ne se remarque pas du premier coup d’œil.

Mais rapprochons-nous …

  Bon, ça c’est la bouche …

On voit pas grand-chose … allons voir à l’intérieur :

  

On distingue nettement le système masticatoire appelé également « Lanterne d’Aristote » comportant les 5 dents visibles de l’extérieur.

Une fois dépiauté, l’animal ressemble à ça :  

 

 

Pour ceux qui veulent paraître cultivés lors d’un prochain dîner, on dit pas la carapace, mais le « test ».

 Si vous n’avez jamais goûté à cet échinoderme délicat, courrez chez votre meilleur poissonnier et prenez en quelques uns, une douzaine pour faire un compte rond.

Dans une assiette, ça a fière allure … 

 … Mais si vous les laissez comme ça, vous risquez une indigestion.

Vos invités aussi.

 

Alors je suis sympa, je vous donne le mode d’emploi : 

 

Après un ou deux essais qui s’assimileront en principe à un massacre, vous réussirez à préparer vos bestioles comme cela :

  

Ce qu’on remarque, c’est les parties jaune orangé : les gonades. C’est ça qu’on mange (...)

 

Pour les épicuriens, le goût est unique, fin et fort à la fois, un concentré d’iode en tout cas, une sorte d’huître concentrée …

Une expérience à essayer au moins une fois dans sa vie.

Merci pour cette découverte estivale à Yvan Le Gall,
premier producteur en Europe d’oursins d’élevage, installé à La Flotte-en-Ré (17)
 

Voir les 4 commentaires

Histoire d'O...ursins

Par francois 91410 - 25-09-2009 22:11:56 - 5 commentaires

Histoire d’O...ursins

29 juillet 2009 

On a tous dans notre vie des histoires en fil rouge. Des histoires qui nous suivent inexorablement au fil des années. Une sorte de feuilleton, quoi, qui nous rappelle si besoin était que les années passent tout aussi inexorablement.

Les oursins en font partie. Pas ceux qu’on trouve au fond des poches. Non, moi, c’est pour de vrai. Une histoire qui ne manque donc pas de piquant

Episode I

L’histoire a commencé lorsque j’étais encore étudiant, en 1985-86. Dans le programme de biologie animale, l’étude de l’oursin figure en bonne place. En effet, ce drôle d’animal possède un patrimoine génétique à 70% en commun avec celui de l’homme … Par ailleurs, sa dissection constitue un grand moment qui laisse des souvenirs, d’autant qu’on se pique vite au jeu …

 

Nous avions même la chance d’aller visiter un laboratoire de recherche à Luc sur Mer (14), où le père de Anne, une camarade, exerçait tout son talent, passionné, savant, inépuisable sur la vie et la reproduction de cet échinoderme délicat.

Je ne saurais dire si le sujet est tombé à l’examen en fin d’année. J’ai oublié depuis longtemps ce que j’ai appris en la matière. 

Episode II

Dix ans plus tard, Anne m’annonce que ses parents s’installent … sur l’Ile de Ré. Le monde est petit.

C’est l’occasion de se retrouver un été, et de revoir son savant de père, qui tente alors d’utiliser ses connaissances scientifiques pour élever des oursins de façon industrielle et en faire commerce ; cette initiative dura quelques années, sans réussite.

La vie nous sépare à nouveau, nos échanges se raréfient avec les années… 

Episode III

Treize ans plus tard … nous sommes en 2008. Je me décide à glisser un mot – telle une bouteille à la mer – dans la boite à lettre du père, pour renouer contact avec Anne. Le lendemain, coup de fil d’Anne ; je viens de quitter l’Ile, elle la quitte demain pour un tour du monde à la voile… encore raté.

Elle m‘annonce que son jeune frère est en train de monter un élevage d’oursins sur l’Ile, employant le savoir de leur père… 

Episode IV

Un an plus tard … Nous sommes en juillet 2009. En vacances sur Ré comme d’habitude. Je n’ai pas d’adresse ou de courriel pour joindre Anne.

J’ai vu passer un article de presse local sur un élevage d’oursins :

Je me précipite et tombe sur Yvan, le jeune frère. C’est la première saison de vente aux touristes et aux restaurateurs. Ca a du mal à décoller mais faut garder espoir de trouver de nouveaux débouchés.

Le rêve du père est devenu réalité, l’installation est belle, des tonnes d’oursins attendent dans les bassins.

J’ai récupéré au passage le courriel d’Anne, qui vient de s’installer à Mayotte pour deux ans. Je n'ai pas revu Anne mais j'ai retrouvé les oursins ... C’est la vie …

Rendez-vous dans le prochain billet pour la leçon de choses sur les Oursins. 

Voir les 5 commentaires

Un autre monde

Par francois 91410 - 06-09-2009 15:42:45 - 2 commentaires

Un autre monde

 

Ce matin en effectuant notre tour dominical, Jean m’a narré une rencontre pleine de vérité brutale…

 

Jean a déménagé il y a quelques mois pour une maison en plein bois ; c’est un coin où passent beaucoup de coureurs et VTTistes. Il entretient quelques chèvres sur son terrain. Il s’était dit qu’à la ferme d’à côté ils pourraient peut-être lui vendre du foin pour ses bêtes.

En cette belle soirée de fin d’été, pour joindre l’utile à l’agréable, il chausse ses runnings, part en trottinant jusqu’à la ferme, et frappe à la porte de la ferme, volets fermés.

Il se présente à son nouveau voisin et formule sa requête. Manque de chance, pas de foin à la ferme … déception. Le voisin, de taille moyenne mais d’un embonpoint certain, écarquille subitement les yeux en considérant l’accoutrement de coureur de Jean :

- Vous êtes venu à pied ?

- Oui, d’ailleurs je passe souvent devant vos fenêtres !

- Mais c’est le docteur qui vous oblige à courir ?

- (blanc) … Non, non, c’est pour le plaisir et pour m’entretenir !

- Ah bon ? (blanc) je ne savais pas qu’on pouvait courir pour le plaisir …

… et deux VTT de passer devant la fenêtre …

- Mais vous ne voyez jamais passer d’autres coureurs comme moi dans le coin ?

- Bah vous savez, le soir à 7h1/2, les volets sont fermés ... (blanc)

… et de quatre coureurs à pied de passer devant la fenêtre …

- Eh ben c’est que ça passe les sportifs sous mes fenêtres, j’avais jamais vu…

Après quelques banalités, Jean prit poliment congé de son charmant voisin pour poursuivre sa sortie.

 

C’était un autre monde.

Voir les 2 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 314202 visites