KikouBlog de francois 91410 - Normandie
francois 91410

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Dans la catégorie Normandie

Cotentin blanc

Par francois 91410 - 23-02-2013 14:58:21 - 3 commentaires

Cotentin blanc

22 février 2013

 

 

 

Faute de pouvoir aller au ski cette année, autant passer un week end dans le Cotentin … L’oxygène y sera tout aussi vivifiant !

 

En arrivant hier soir vers Valognes (50), la neige a commencé à tomber, timidement, juste le temps de commencer à blanchir la route et nous d’arriver à destination…

Ce matin, on se croyait en Ariège !

 

 

 

 

Avec même des bouquetins …

 

 

 

Photos : Coline

Voir les 3 commentaires

Une invitée de marque

Par francois 91410 - 27-12-2010 09:16:50 - 5 commentaires

Une invitée de marque

25 décembre 2010

 

 

 

Passer Noël dans (sous) la neige, c'est ce que l'on espère chaque année,  mais cela ne se produit jamais...

Sauf cette année !

Il a fallu que je retourne dans mon pays natal, et que je fasse une ballade familiale, digestive et salvatrice en Ecouves (tiens, ça vous rappelle quelque chose ce nom ?!) précisément au Carrefour de Medavy (lieu d'arrivée de la classique Alençon-Medavy) pour savourer :

 

Ca c'était juste pour prouver que j'y étais ! 

 

 

 

Non d'un lutin, c'est qu'il y en a épais ici !

 

Les couleurs sont en train de changer, la lumière tombe

 

1 heure après, on avait digéré ...

 

Tiens, si je revenais demain à la recherche du Lutin ?...

 

 

 

Voir les 5 commentaires

Cotentin, pays de sorciers malins

Par francois 91410 - 03-11-2010 21:30:50 - 4 commentaires

Cotentin, pays de sorciers malins

17 octobre 2010 

 

 

 

 

Après une semaine d’entraînement marathon ardue ponctuée par les 20km de Paris, j’ai passé une semaine de récup bienvenue. Ce dimanche devait être consacré à une séance « à peine longue » de 1h40. Tranquille, quoi.

De plus, en week-end chez belle maman au fin fond du Cotentin, je me dis que je vais profiter …

Jusqu’au moment où, samedi midi, un prospectus « négligemment » posé sur la table fut l’objet de toutes les attentions… 

 

 

C’est à 5km à peine de la maison. Manque de bol, il y a 16km en trail, juste ce qu’il me faut. Banco, on y va. Chacun aura sa distance en rando pédestre, moi en trail.

L’inscription le dimanche matin dure 15 secondes ; record battu. Ici, pas de dossard, pas de certif médical, pas de classement ! C’est une organisation et une sortie familiales... Serait-ce la liberté alors ? L’essence même de la course à pied, en pleine nature, retrouvée ?

L’imposant peloton (nous sommes à peine 40 au total sur les trois distances 4-8-16km) s’élance à 9h25.

 

   

 

Rythme de sénateur, je le confirme. Ca ne peut pas mieux tomber pour moi. Je me plais à penser que 7 jours plus tôt, nous étions 22 000 sur le Pont d’Iena à Paris !! 

 

 

La journée est belle, des nuages s’amusent à cacher malicieusement le soleil comme à leur habitude dans la région, mais l’alternance ombre-lumière au bout des chemins creux offrent quelques perspectives captivantes pour un sénateur … 

 

 

Au bout de quelques km, restant sur mon rythme d’endurance, je me retrouve bientôt esseulé avec deux autres compères.Le premier souffle comme un veau ; il me lâche que son médecin n’a pas voulu lui délivrer de certificat médical pour courir. Bon.

Le second a l’air un peu ailleurs, on le récupère deux fois avant qu’il n’emprunte un mauvais chemin. Pourtant, le balisage est correct pour ce type d’organisation. 

 

 

On se suit encore quelques hectomètres, à travers le bocage normand si typique du Cotentin : 

 

 

Le passage à Gonneville marque ce qui ressemble à la séparation entre le 8 et le 16km. Nous hésiterons quelques secondes, le temps de prendre quelques photos… qui confirmeront notre hypothèse car je m’aperçois quelques heures après en les visualisant que le panneau 16 a effectivement été enlevé et balancé dans le lavoir …

  

 

 

 Le château de Gonneville :

 

 

L’entrée de l’ancien presbytère :

 

 

La vierge surplombant le village, inondée de soleil, tranchant sur un ciel menaçant : 

 

 

J’ai lâché progressivement mes deux camarades de début de parcours. Chaque carrefour, chaque hameau est maintenant traversé en solitaire. Pas d’autre concurrent, pas de spectateur. Juste le temps de méditer et de déguster. 

 

 

Vers le km10, c’est le ravitaillement. Une belle table copieusement garnie en attente des premiers randonneurs sur cette distance. Du pâté, des rillettes, du vin chaud … je pense à Thierry, un de mes deux collègues sur le 20km de Paris dimanche dernier, qui rêvait de ce genre de ravito en course ! 

 

Malheureusement, je ne m’attarde pas car j’ai prévu d’être autosuffisant dans le cadre de ma prépa, également alimentaire. Je repars avec le groupe qui me précédait de quelques minutes avant le ravito.

Je ferai un ou deux kilomètres avec, avant de les laisser prendre à nouveau leurs distances, toujours pour conserver ma cadence régulière (06:15 / km). A regrets pourtant, car il y avait de quoi motiver … 

 

 

A nouveau je profite du paysage, des vieilles pierres, des cours d’eau qui serpentent au fond des vallons, des troupeaux paisibles qui ne me calculent pas.  

 

 

Le relief est vallonné (D+ 400m) et oblige à amortir les efforts. 

 

 

 

 

L’arrivée est proche, les circuits pédestres trail et VTT se croisent et se rejoignent. Les sorciers ne doivent pas être loin. 

 

 

Bilan :

Un circuit balisé, sur mesure (même si les 16km s’avèreront être 17,4), un ravito campagnard qui donne envie de faire du trail ici plus souvent, un cadre reposant et authentique, une ambiance familiale, l’absence de compétition…

Bref, une sortie longue de luxe.    

 

Voir les 4 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 332703 visites