Ruditapes decussatus
francois 91410

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Ruditapes decussatus

Par francois 91410 - 29-07-2014 10:33:37 - 8 commentaires

 

Ruditapes decussatus

 

27 juillet 2014

 

  

 

Depuis maintenant plus de … 40 ans chaque séjour sur l’Ile de Ré est inconcevable sans une partie de pêche à pied (faute de course à pied).

 

 

  

De père en fils

 

Les ressources se sont certainement raréfiées au fil du temps. Mais j’ai toujours réussi à trouver des spots intéressants en particulier pour pêcher la palourde. Car le mollusque ne s’installe pas n’importe où. Il faut un fond sableux, voire vaseux, mais pas trop, car l’animal apprécie la proximité des cailloux ou des rochers pour se protéger.

 

Pendant des années mon père déjà adorait passer ses après-midis courbé en deux le nez au plus près des rochers à rechercher le trou de vase qui servirait d’habitat aux plus beaux spécimens.

  

 

Débusquer ce délicieux bivalve demande en effet quelques qualités certaines : patience, sens de l’observation, doigté et tour de main… et abandon du sens de l’esthétique manucure.

 

 

Techniques

 

Il existe d’autres façons de pêcher le subtil animal, mais de père en fils nous utilisons un couteau spécialement dessiné pour ce dessein ... et la réglette réglementaire pour respecter la taille minimum autorisée :

 

 

 

Le tout est de trouver au toucher l’endroit précis où possiblement une palourde peut résider ; en l’occurrence l’outil doit s’enfoncer franchement dans le sol.

 

 

 

Les plus professionnels arrivent à repérer sur les fonds sableux les traces qui trahissent la présence de l’animal … j’en suis incapable ! dommage car c’est une technique diablement efficace.

 

D’autres, beaucoup moins regardants, utilisent un trident et passent leur temps à labourer sauvagement l’estran. Les râteaux sont interdits dieu merci, mais cette technique met sérieusement en danger l’équilibre de l’écosystème local.

 

 

L’animal

 

La palourde européenne (Ruditapes decussatus) est un mollusque bivalve fouisseur. La coquille présente de nombreuses stries concentriques et rayonnantes, ces stries étant plus fortes sur l’avant et l’arrière de la coquille. Bien répartie sur l’ensemble des côtes européennes, elle vit enfouie dans le sédiment, jusqu’à 10-15 cm de profondeur.

 

La palourde possède deux siphons : l’un inhalant qui lui amène l’eau chargée en phytoplancton et oxygène, l’autre exhalant qui rejettent toutes les particules ne servant pas à sa constitution. Elle atteint sa maturité sexuelle à 1 an (lorsqu’elle a une taille d’environ 25mm). La reproduction se fait en période estivale.  

 

L’estran, fragile écosystème

 

L’estran est la bande de plage qui se découvre à marée basse. La protection de l’estran fait l’objet sur l’Ile de Ré d’efforts continus de prévention (voire de sanctions lorsque les abus sont manifestes). Une équipe d’écogardes travaille en permanence pour cela, et les règles de pêche sont affichées et rappelées en permanence.

 

 

 

 

Une mission de longue haleine mais qui porte ses fruits globalement au fil des années. Par exemple l’interdiction de pêcher les huitres depuis 5 ans environ suite à la sur-exploitation du site par les touristes et à l’épidémie de mortalité juvénile a permis de voir se développer à nouveau de beaux spécimens sur les rochers de la pointe de Chauveau.

 

  

Un bonheur éphémère

 

En deux après-midis de pêche au pied du Phare de Chauveau, mon seau s’est bien rempli, suffisamment pour préparer un plat familial incontournable pour le repas du soir.

 

 

Telle une compétition de course à pied tant attendue succédant à une longue et fastidieuse période d’entrainement, la dégustation ne durera que quelques minutes … comparées aux quelques heures de récolte qui auront été nécessaires !

 

 

 

*********************************

 

 

 

La recette

 

Faire cuire les palourdes à la marinière. Pour cela, le conseil du chef : agrémenter la préparation de ce qui peut traîner au frigo : une tomate, une demi carotte, une branche de céleri, … et surtout arroser d’une rasade de pineau plutôt que de vin blanc.

 

 

Enlever une coquille sur deux et disposer au fond d’un plat à gratin, sans oublier de verser une bonne louche de jus de cuisson pour éviter que les palourdes ne sèchent.

Préparer un beurre persillé : 125g de beurre, une bonne poignée de persil à hacher fin, et 5 à 6 gousses d’ail à écraser, sel, poivre.

 

Répartir le beurre persillé sur les palourdes, et parsemer le plat de chapelure (3-4 biscottes écrasées feront l’affaire).

 

Passer au four bien chaud pendant 10 à 15mn pour gratiner.

 

Reste à déguster !

 

 

Billet précédent: Jardin pas secret
Billet suivant: Cantharellus cibarius

8 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 31-07-2014 à 18:29:33

Dernière photo sympa, même très sympa!!!!

profite bien !

Commentaire de francois 91410 posté le 13-09-2014 à 22:56:14

Et celle-la vous ne pourrez pas me la copier en Ecouves !!

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 01-08-2014 à 13:45:43

Je me dépêche avant qu'un autre la fasse : Elle est légère à digérer la palourde.

Bon appétit !

Commentaire de francois 91410 posté le 13-09-2014 à 22:56:45

Tu me déçois ... on voit que t'es à la retraite :-(

Commentaire de PhilKiKou posté le 08-08-2014 à 21:38:33

pêche, cuisine, dégustation : voilà un excellent triathlon estival !!!

Commentaire de francois 91410 posté le 13-09-2014 à 22:57:33

...mais pas sûr la la ligne et la forme soient au bout ! la farce c'est qd même légèrement grassouillet !

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-08-2014 à 16:03:15

Ah oui je suis d'acord avec le Mustang ! Très très sympa la dernière photo !

Commentaire de francois 91410 posté le 13-09-2014 à 22:57:55

... mais encore plus sympa pour de vrai devant toi !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.16 - 314454 visites